EXERCICES SUPPLEMENTAIRES T T 3

SOLUTIONS

 

REPONSE à l'EXERCICE 3: altération continentale et sédimentation détritique fine océanique

Un examen qualitatif peut suffire.

Sur les continents, aux latitudes équatoriales et tropicales à climats très arrosés, à sols très lessivés, il ne se forme dans les sols qu'une argile pauvre structurellement et chimiquement, la kaolinite, car il ne reste dans les sols que peu d'éléments.

Dans les océans situés en face des littoraux de ces zones climatiques, la kaolinite va donc venir se déposer en quantité relativement forte, après son érosion depuis les sols et son transport par les cours d'eau.

Sur les continents à climats moins arrosés, les sols sont moins lessivés, il y reste plus d'éléments. La chlorite, à structure et à chimie plus complexe que la kaolinite, peut y exister en grande quantité. Après érosion du sol et transport fluviatile, elle se déposera dans les zones océaniques au niveau des littoraux de ces secteurs. Là, la sédimentation océanique sera donc relativement plus riche en chlorite par rapport à la kaolinite.

Donc, la sédimentation argileuse dans les océans reflète le degré de lessivage subi par les sols des continents voisins.

 

AIDE à la résolution de l'EXERCICE 4: exercice Guyane

Question 1)

La roche-mère est un granite. Sa compositoin diffère de la péridotite de Nouvelle Calédonie. Les horizons altérés, étant riches en fer, peuvent être attribués à de la latérite prise au sens large, de composition d'ailleurs assez mélangée.

Question 2)

Souvenez vous de la leçon tirée de l'exercice 2 "Altération des sols" (latérites nickélifères de Nouvelle Calédonie).

Question 3)

Soit une quantité de roche-mère non altérée. Les éléments chimiques vont rentrer et sortir de ce système au cours de l'altération.

Pour étudier cette évolution chimique, on suivra un volume donné de roche, par exemple 100cm3.

Bilan = m (h. altéré) - m (h.non altéré), avec m = quantité d'oxyde de l'élément dans 100 cm3 de roche.

Calcul de m : (p / 100) = ( m / M ) = m / (100 d), avec p=pourcentage pondéral; d=densité; M=masse de roche dans 100cm3.

M=dp

Question 4)

On peut faire le calcul pour deux éléments (Si, Al) entre deux horizons, et ensuite, examiner les tableaux 2 et 3. Cette méthode s'applique aux horizons dont la texture de la roche-mère a été conservée, c'est à dire, à C, D, E, et F.

Question 5)

La leçon est très générale en géologie: dans les horizons d'altération, Fe2+ est plus mobile que Fe3+, car Fe2+ est plus soluble dans les eaux courantes. Par exemple, les latérites contiennent Fe surtout sous forme Fe3+.

Question 6)

L'objectif est de comparer des bilans chimiques et minéralogiques. Là encore, il faut passer en moles de Fe. D'après le tableau, le Fe s'exprime minéralogiquement sous forme de Goethite (FeO (OH)). Entre B et C, l'accumulation de Goethite correspond à 78,6 mmol de Fe. Le bilan élémentaire, lui, est de 94,5 mmol de Fe. Le Fe doit donc se trouver dans d'autres minéraux que la goethite (argiles, ...). On peut ensuite faire de même pour Al.