Electrostatique


1) Soit un système de n charges ponctuelles (Q1,Q2,…Qn) immobiles. Elles créent en tout point M de l'espace un champ électrostatique total de vecteur E, selon la loi d'additivité des champs, égal à:
la somme algébrique des champs de vecteurs Ei crées par chaque charge Qi.
le produit algébrique des champs de vecteurs Ei crées par chaque charge Qi.
la somme vectorielle des champs de vecteurs Ei crées par chaque charge Qi.
le produit scalaire des champs de vecteurs Ei crées par chaque charge Qi.
2) Dans l'utilisation de la loi de Coulomb, on considère 2 charges ponctuelles Q et Q':
de signe opposé
de même signe
de n'importe quel signe
3) Quand il n'y a aucune charge à l'infini, on convient que le potentiel scalaire est, à l'infini:
infini
nul
indéterminé
4) A toute surface équipotentielle passant par un point (x,y,z) de l'espace, il existe un champ électrostatique vectoriel E qui lui est:
parallèle
nul
normal
5) Quelle est la définition d'un pôle?
un système de 2 charges ponctuelles (-Q,Q) séparées par une distance d très petite devant les distances où nous calculons le potentiel et le champ
un système de 2 charges ponctuelles (Q,Q) séparées par une distance d très petite devant les distances où nous calculons le potentiel et le champ
un système de 2 charges ponctuelles (-Q,Q) séparées par une distance d très grande devant les distances où nous calculons le potentiel et le champ
6) Le potentiel diminue très vite avec la distance car le potentiel est proportionnel:
à l'inverse de la distance au carré
au carré de la distance
à l'inverse de la distance (1/r)
7) Soient 2 charges Q et Q', placées en M et P et soient V le potentiel crée en P par Q et V' le potentiel créé en M par Q', les énergies électrostatiques Wp et Wp' de chacune des 2 charges Q' et Q sont:
égales
opposées
différentes
8) Chaque fois que l'on traverse une surface chargée avec une densité superficielle, le champ vectoriel E:
ne subit jamais aucune discontinuité
n'est défini qu'à une constante près
subit une discontinuité
9) Chaque fois que l'on traverse une surface chargée avec une densité superficielle, le potentiel V:
subit parfois des discontinuités
subit toujours des discontinuités
a un point anguleux à la traversée de cette surface
10) Un conducteur est un corps à l'intérieur duquel, sous l'action d'une force aussi petite soit-elle, des e- libres ou de conduction se déplacent.
Soit un conducteur en équilibre électrostatique, on sait que la répartition des charges ne varie pas; donc, suivant la première loi de Newton ou le principe d'inertie, la force s'exerçant sur un porteur de charge doit être nulle. Ceci entraîne en aucune façon que:
à l'intérieur du condensateur en équilibre, le champ vectoriel E soit nul
à l'intérieur du condensateur en équilibre, le potentiel V soit nul
à l'intérieur et sur la surface d'un condensateur en équilibre, le potentiel V soit constant
11) Rappel: quand un des 2 conducteurs entoure complètement l'autre, il y a une influence totale.
A et B sont en position d'influence totale avec A entourant complètement B. Si B porte une charge +Q, la surface interne de A porte une charge:
égale et opposée -Q
égale et de même signe
de même signe uniquement
neutre
12) Soit une sphère métallique S entourée de 2 demi-sphères S1 et S2 métalliques. L'ensemble est chargé par contact. En approchant une boule de sureau chargée, on remarque la présence de charge, puis on enlève les 2 sphères S1 et S2. Nous constatons que : S1 et S2 sont chargées et S n'est pas chargée. Nous avons montré une des conditions d'équilibre d'un conducteur isolé, c'est à dire que:
les charges sont uniquement superficielles
à la surface de S, le champ électrostatique E est normal
la distribution continue de densité surfacique est nulle
13) La capacité d'un condensateur équivalent à un système de condensateurs palcés en parallèle (donc chargés par la même différence de potentiel et emmagasinant la même charge) est égale à:
la somme des différentes capacités
le produit des différentes capacités
la somme de l'inverse des différentes capacités
la capacité la plus élevée du système
14) Une sphère de rayon R chargée uniformément en surface, de densité surfacique positive, crée un champ nul en un point M distant de r:
si r
si r>R
si r=R
15) Dans le cas où r>R, la norme du champ est:
infini
E(r)=0
16) Pour r>R, le potentiel est:
17) Pour calculer le champ, on choisit un point M sur une surface définie telle que le champ soit:
nul
constant et normal à la surface
variable
18) On ne peut définir le champ vectoriel e comme un vecteur:
de direction angulaire
de sens selon le signe de la charge
de norme selon le calcul par le théorème de Gauss
19) Soit une sphère de centre O, de rayon R, chargée avec une densité volumique constante (placée dans le cide ou dans l'air), la norme du champ E( r ) à la distance r>R est:
20) Le calcul du potentiel V pour r>R donne:
21) Si pour r le calcul de la constante donne:
constante=0

Nom: Année (1 ou 2):
Prénom: Filière:
Numéro d'étudiant: Groupe:


© 2001 - NTE -